Livre d’or

livre-d'or

Pensées

Voici quelques pensées diverses émises par et pour des Scouts…

N’hésite pas à, toi aussi, nous envoyer tes pensées que nous ajouterons à cette page.

La loi scoute

UN SCOUT:

  1. Met son honneur à mériter confiance.
  2. Est loyal à son pays, ses parents, ses chefs et ses subordonnés.
  3. Est fait pour servir et sauver son prochain.
  4. Est l’ami de tous et le frère de tout autre scout.
  5. Est courtois et chevaleresque.
  6. Voit dans la nature l’oeuvre de Dieu: il aime les plantes et les animaux.
  7. Obéit sans réplique et ne fait rien à moitié.
  8. Est maître de soi: il sourit et chante dans les difficultés.
  9. Est économe et prend soin du bien d’autrui.
  10. Est pur dans ses pensées, ses paroles et ses actes.

Belle histoire:

C’est l’histoire de deux amis qui marchaient dans le désert. À un moment, ils se disputèrent et l’un des deux donna une gifle à l’autre. Ce dernier, endolori mais sans rien dire, écrivit dans le sable : « Aujourd’hui mon meilleur ami m’a donné une gifle ».

Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent un oasis, dans lequel ils décidèrent de se baigner.
Mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva.
Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre : «Aujourd’hui mon meilleur ami m’a sauvé la vie ».

Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda : « Quand je t’ai blessé tu as écrit sur le sable, et maintenant tu as écrit sur la pierre . Pourquoi ?»
L’autre ami répondit: « Quand quelqu’un nous blesse, nous devons l’écrire dans le sable, où les vents du pardon peuvent l’effacer.
Mais quand quelqu’un fait quelque chose de bien pour nous nous devons le graver dans la pierre , où aucun vent ne peut l’effacer ».

Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre .

La formation…

Former les esprits sans les conformer
Les enrichir sans les endoctriner
Les armer sans les enrober
Leur donner le meilleur de soi
Sans en attendre ce salaire qu’est la ressemblance.
Jean Rostant.

Pensée du jour…

Accepter l’idée de la défaite, c’est être vaincu
Général Foch

La marche de nuit

Par les belles nuits de février, j’airai par les sentiers,
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.
Picoté par les ronces, je foulerai l’herbe neuve,
Attentif, j’en sentirai la fraicheur à mes pieds.

Par la nature, heureux comme Ulysse,
Je marcherai comme un « COUREUR ».
Je me tairai, attentif à tous moments.

Afin que je Réussisse.
Narval.

La jeunesse

La jeunesse n’est pas une époque de la vie…. C’est un état d’esprit, une volonté bien trempée, une imagination vive, des sentiments ardents, plus d’audace que d’appréhension, un plus grand besoin d’aventure que de bien-être.
On ne viellit pas uniquement parce qu’on a vécu un certain nombre d’années. On devient vieux lorsqu’on a renoncé à son idéal. Certes, le temps qui s’écoule ride le visage, mais l’abandon de tout enthousiasme flétrit l’âme. Les soucis, le doute, le manque de confiance en soi, la peur et le désespoir: autant d’années sous le poids desquelles la tête se courbe et l’esprit retourne en poussière.
Qu’il ait soixante-dix ans ou qu’il en ait seize, il y a dans le coeur de tout être humain une soif de miracle, un temblant émerveillement devant les étoiles, les actes et les pensées sublimes, un intérpide défi jeté au sort, un appétit inextinguible et enfantin devant les promesses du lendemain, une attitude joyeuse et sportive devant la vie.
Vous êtes aussi jeune que votre foi, aussi vieux que votre doute, aussi jeune que votre confiance en vous, aussi vieux que votre désespoir.
Aussi longtemps que votre coeur sait recevoir les messages de beauté, de joie, de grandeur et de puissance que lui dispensent la terre, l’homme et l’infini: il reste jeune. Mais lorsque tous les fils sont coupés, que votre coeur se recouvre des neiges et des glaces du cynisme, que Dieu ait pitié de votre âme car alors vous êtes vraiment vieux.

Texte extrait des oeuvres d’un poète américain. Samuel Ulman.

Rien n’est jamais perdu…

La vie est remplie de merveilles où rien n’est jamais perdu. Il faut les garder en soi où elle vivent comme la couleur et la chaleur du sang et jusqu’au dernier souffle.
Nous serons peut-être peu nombreux, que les meilleurs restent et puis basta.

Narval

Recommence !

Même si tu sens la fatigue,
Même si le triomphe t’abandonne,
Même si une erreur te fait mal,
Même si une trahison te blesse,
Même si une illusion s’éteint,
Même si la douleur brûle tes yeux,
Même si on ignore tes efforts,
Même si l’ingratitude en est la plaie,
Même si l’incompréhension coupe ton rire,
Même si tout a ‘air de rien

Recommence !

REUSSIR

Le Coureur accepte d’avance la poussière des routes, le brouillard des vallées,
la neige et le gel, la pluie et le vent, le soleil de midi, les pieds douloureux,
la sueur et la soif et les nuits à la dure.
Il n’accepte pas de parvenir au terme avec les jambes lasses; peu importe la faim
mais être frais, dispos et gai!
Le but est de réussir des épreuves, de se surpasser, mais plus encore celui unique
et merveilleux qui doit hanter ses pensées, nourrir ses rêves.

Adaptation libre d’un extrait du « Silence de la mer » de Vercors — Narval

Le futur coureur des bois

Le futur coureur des bois doit posséder un idéal scout absolu, c’est à dire la croyance en la perfection et au culte de l’effort et ce jusqu’à la réalisation totale de son objectif. Il sera peut-être contant d’obtenir le badge, mais il sera encore plus heureux du chemin parcouru qui lui aura semblé bon et léger.
Recueil de lectures diverses — NarvalLivre d’or nlLivre d’or en